Voyage

Curiosités de la Papouasie Nouvelle Guinée

Pin
Send
Share
Send


Port Moresby est la capitale de la Papouasie Nouvelle Guinée. La ville est administrativement répartie dans un district séparé, qui comprend la capitale et de petits villages de banlieue. Port Moresby est situé dans la partie sud-est de l'île de Nouvelle-Guinée sur la côte est de la baie de Papouasie. En 1873, le capitaine John Moresby fonda un petit établissement colonial. Les missions chrétiennes sont arrivées ici un peu plus tard et Port Moresby a commencé à devenir le centre administratif des colonies européennes de l'île. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la petite ville de Port Moresby est devenue un immense camp militaire et, après la guerre, la seule ville encore vivante de l'île, elle a donc été choisie comme capitale de l'État. D'un côté, la ville est entourée de collines, de l'autre, la baie de Firfax.

La vieille ville, appelée Town, est située dans la partie sud-ouest de la ville, sur une petite péninsule entre deux baies. Ici, dans le vieux quartier, les bâtiments de la période coloniale ont été conservés. Cependant, pendant la Seconde Guerre mondiale, la plupart d’entre eux ont été détruits. In Town est le plus ancien bâtiment de la capitale - l’Église Unie d’Al, construite en 1890. Au sud-ouest de Tauna, la colline de Pag culmine à 99 m et offre une vue fascinante sur la ville et la mer. Au nord, il y a un port et au sud, la plage d'Ela, entourée d'un parc. La plage d'Ela, comme toutes les plages de la ville, est assez sale. Chaque année en septembre, le festival Hiri Moale, qui dure trois jours, a lieu sur la plage. Le festival est célébré au cours de la tournée de magasinage historique des habitants de la province du Golfe dans les régions de la capitale et est accompagné de chants, de danses et de représentations de différentes tribus.

Un peu au nord de la vieille ville sur la côte se trouve le village intéressant de Hanubad, qui a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il a été restauré et est maintenant le plus grand village de l'État et un symbole de Port Moresby. Dans le village, toutes les maisons sont construites sur pilotis. À l'extrême nord de Port Moresby, se trouve le district de Waigani, où se trouvent la plupart des bureaux du gouvernement. Très beau bâtiment moderne du Parlement (1984), construit dans le style national et ressemblant à une maison typique de la culture des esprits. À côté du Parlement se trouve le musée national, qui contient des collections sur la nature, l'ethnographie, la culture et l'histoire du pays, ainsi que la galerie d'art. L'Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée est située dans la partie nord de Vaigani, à l'ouest de laquelle se trouvent les jardins botaniques nationaux. Il contient une grande variété de plantes de tout le pays, y compris plus de 3 000 orchidées. Il s'agit de la plus grande collection d'orchidées de l'hémisphère sud. Les jardins sont constitués de plusieurs parties, chacune représentant le monde végétal d'une province distincte du pays. Les sentiers de randonnée dans les jardins sont réalisés sous la forme de planchers en bois suspendus, lors de la marche sur lesquels les touristes ne nuisent pas aux plantes.

Au sud de Vaigani se trouve la région de Gordon, avec l’un des plus grands marchés du pays. La nouvelle ville de Port Moresby, appelée Boroco, est située juste au sud de Gordon. Voici des immeubles de bureaux modernes et des hôtels de luxe, ainsi que le plus grand centre commercial de la capitale, qui contient non seulement les meilleurs magasins, mais aussi des restaurants, des bars et des succursales de grandes banques. Contrairement aux zones centrales de Port Moresby, ses banlieues, où s'étendent des quartiers résidentiels avec des cabanes, ne sont pas si attrayantes.

La capitale du pays est entourée par la province centrale, où sont concentrées de nombreuses attractions touristiques. Port Moresby est l’un des points de départ de la célèbre route touristique Coco Trail. C'est la route touristique la plus équipée et la plus excitante du pays. Sa longueur est de 90 km. En moyenne, un groupe de touristes le surmonte en 10 jours. À la fin du XIXe siècle, le sentier Coco devint la principale voie d'acheminement des chercheurs d'or de Port Moresby aux mines d'or de Yodd et Coco. Pendant la Seconde Guerre mondiale, d’importantes batailles ont eu lieu dans les environs de la route, dont les traces sont encore préservées sur cette terre. La route traverse des chaînes de montagnes, des rivières, des cascades, des forêts tropicales denses, des installations militaires de la Seconde Guerre mondiale, des monuments commémoratifs, des marais et des villages, dont les habitants ont hâte de communiquer avec les touristes. Coco Trail est divisé en plusieurs parties et si vous trouvez que l'itinéraire est trop long, vous ne pouvez en choisir qu'un petit morceau. Le sentier du Coco se trouve à 46 km de la capitale, sur le plateau pittoresque de Sogeri, à 800 m d'altitude, à côté du parc national de Varirat. Il a été créé pour protéger la faune de la province centrale du pays et préserver la culture d'origine des tribus locales. Ce parc est devenu la première zone protégée de Papouasie Nouvelle Guinée. Sa superficie est de 1000 ha. Un réseau de sentiers de randonnée a été créé sur le territoire du parc Varirat, des maisons d’hôtes, des places pour la nuit et des aires de pique-nique aménagées. Dans la province centrale, vous pouvez également vous rendre au parc animalier de Moitaka, où se trouve un petit zoo, ainsi qu’un laboratoire pour l’étude des crocodiles. Ici, les touristes pourront voir comment les crocodiles sont nourris.

Oro (Province du Nord) est adjacente au district central. Dans le sud-est de la province, sur la côte du cap Nelson, vous pouvez voir les fjords. Les fjords locaux, contrairement aux scandinaves, ont été créés à la suite de processus volcaniques, lorsque la lave qui s’écoulait jusqu’à la côte a gelé, formant ainsi d’étranges formes rocheuses. La hauteur des fjords à certains endroits atteint 150 m, et sous l'eau, ils atteignent une profondeur de 90 m.Des randonnées pédestres sont proposées le long du littoral coupé par les fjords. La province d'Oro possède un terrain montagneux propice à la randonnée. Voici le village de Kokoda, où il commence, ou se termine la célèbre route touristique Kokoda Trail. Au cœur de la province se trouve le volcan actif Lamington (1680 m), sur les pentes duquel nichent des milliers d'oiseaux. Les résidents de la province sont connus pour produire des vêtements à partir d'écorce d'arbre - tapa. Popondetta, la ville principale de la province, se déroule même à la mi-octobre.

La province de Milne Bay se trouve à la pointe sud-est de la Nouvelle-Guinée. La province comprend également des groupes d'îles de Trobrian, Murua, Lahlan, D'Antrkasto, Louisiane, Conflict et Samarai. La capitale de la province, la ville d’Alotau, est située dans la partie sud de la baie de Milne. De là, la plupart des excursions vers les îles voisines et les récifs de corail partent. Les excursions les plus populaires sont l'île Ferguson avec ses volcans, ses sources chaudes et ses bassins de boue, l'île de Murua, où vivent des maîtres sculpteurs sur bois, les îles Trobrian, où les chefs de tribus sont très vénérés, mais où l'héritage se déroule le long de la ligne féminine, et où se déroule Fête annuelle de la récolte à Milamala.

Sites et nature de la Papouasie Nouvelle Guinée

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un pays de nature unique, constitué de nombreux groupes ethniques distincts dotés d'une histoire et de traditions étonnantes, qui ont été formés à la suite de migrations du continent asiatique vers les îles d'Australie et d'Océanie il y a environ un siècle. Cette terre est une terre de nature sauvage inexplorée, une variété de créatures du monde vivant, une jungle humide, des cascades, des régions montagneuses froides, des marécages séculaires, des récifs coralliens anciens, des roches calcaires, des plaines herbeuses, des milliers d’espèces de plantes exotiques et d’animaux uniques, insectes et oiseaux.

Le nom «Papua» vient du malais «papuva», qui signifie en russe «crépu» (selon une autre version de «orang papua» - «homme crépu à tête noire»). Ce nom a été donné à l'île de Nouvelle-Guinée par le Portugais Menezes en 1526, soulignant la forme des cheveux des résidents locaux. En 1545, l'île fut visitée par Inigo Ortiz de Retes et lui donna le nom de «Nouvelle Guinée» car, selon lui, la population locale ressemblait aux aborigènes de la Guinée en Afrique (il a peut-être vu une similitude entre les rives de la nouvelle île et la Guinée africaine).

Le pays était habité par des immigrants du continent asiatique il y a plus de 50 mille ans. De nombreuses vagues de réinstallation, qui ont balayé le territoire des îles sur le chemin de l'Australie et des îles d'Océanie, ont formé de nombreux groupes ethniques uniques, dont l'isolement les uns des autres accentuait encore leur originalité.

Depuis le début de la colonisation européenne jusqu'à l'indépendance, le pays a changé de nom officiel à plusieurs reprises. La partie sud-est en 1884-1906 s'appelait la Nouvelle-Guinée britannique et, en 1906-1949, la Papouasie (sous le contrôle de l'Australie). La partie nord-est était à l'origine une colonie allemande. En 1884-1920, elle s'appelait la Nouvelle-Guinée allemande (contrôlée par l'Australie en 1914). En 1920-1949, conformément à la décision de la Société des Nations, elle fut renommée Territoire de la Nouvelle-Guinée, mandaté par l'Australie. En 1949, deux colonies australiennes ont été fusionnées en une seule: le territoire de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée. En 1972, la province a été nommée territoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Depuis 1975, le nom de Papouasie-Nouvelle-Guinée est devenu officiel pour un nouvel État indépendant.

Aujourd'hui, la Papouasie-Nouvelle-Guinée est un pays pratiquement inconnu de terres sauvages et inexplorées, un pays aux conditions difficiles et à la nature unique. Sur ce terrain, à peine plus grand que l'Allemagne et le Benelux, réunis, il existe une telle diversité de créatures vivantes et de complexes naturels que vous pouvez peut-être les comparer à l'ensemble de l'Eurasie. Les zones étouffantes de la jungle humide laissent place à des régions montagneuses froides, des marais centenaires côtoient les mêmes récifs coralliens et des falaises calcaires déchiquetées sont adjacentes aux plaines herbeuses vert émeraude. De plus, des centaines de tribus et de peuples uniques avec leurs propres traditions et une histoire étonnante, des milliers d'espèces de plantes exotiques et de nombreuses dizaines d'espèces d'animaux uniques, des kangourous aux arbres minuscules, en passant par les énormes papillons. C'est cette diversité qui est restée complètement intacte pendant si longtemps qui attire des milliers de chercheurs, anthropologues et voyageurs.

Port Moresby

Port Moresby est la capitale de la Papouasie Nouvelle Guinée. La population de Port Moresby est de 200 000 personnes. La ville est habitée principalement par les Papous et les Mélanésiens, qui, selon leur appartenance à une tribu particulière, parlent plus de 700 langues et dialectes, dont environ 200 austronésiens et environ 500 papous. Une partie assez importante de la population est composée d’Australiens et d’Européens. Plus de la moitié des Chinois ayant immigré en Papouasie-Nouvelle-Guinée résident dans la capitale, mais leur nombre total n’est pas significatif. En 1873, le navigateur anglais John Moresby a atterri dans la partie sud-est de l'île de Nouvelle-Guinée. En explorant la côte, il trouva une jolie baie, nommée Port Moresby, en l'honneur de son père, l'amiral Fairfax Moresby. Des années plus tard, une ville a grandi dans la baie qui a gardé son nom.

En 1884, Port Moresby, avec toute la partie sud-est de l'île de Nouvelle-Guinée, devint une partie de la Nouvelle-Guinée britannique, une colonie anglaise. En 1906, la colonie est transférée en Australie et devient le territoire de la Papouasie. En 1949, après l’unification du nord-est de la Nouvelle-Guinée avec la Papouasie, Port Moresby est devenue une partie d’une nouvelle unité administrative appelée Papouasie-Nouvelle-Guinée. En 1964, des élections générales ont eu lieu dans le pays, à la suite desquelles une assemblée législative a été formée, où la majorité des sièges sont occupés par des autochtones. Les lois contraires aux droits des Mélanésiens ont cessé de fonctionner. Dans le même 1964, l'Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée a ouvert ses portes à Port Moresby. La ville est progressivement devenue le principal centre culturel du pays.

Le centre historique de Port Moresby, que les résidents appellent Town, est situé sur une péninsule surplombant la mer. Depuis la colline de Pag située à son sommet, dont la hauteur atteint 100 mètres au-dessus du niveau de la mer, s'ouvre une vue complète de la ville. Un port s'étire le long de la côte nord de la ville. Ella Beach Park se trouve sur la rive sud. Dans la partie centrale de la ville, les bâtiments construits à la fin du XIXe siècle ont été préservés. Le monument architectural le plus ancien de la ville est l'église unie d'Ella, construite en 1890. Dans la partie nord de la ville se trouvent la majorité des bâtiments et des institutions du gouvernement. Le bâtiment du Parlement, construit en 1984, se trouve également ici, et abrite également un grand complexe sportif créé à la fin des années 1980, en particulier pour les Jeux du Pacifique Sud tenus à Port Mersby en 1991. La ville est la principale institution d'enseignement supérieur du pays - l'université.

Non loin du Parlement, se trouve le Musée national, dont l'exposition présente les matériaux les plus riches sur la nature, l'ethnographie, la culture et l'histoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. C'est vraiment un centre spirituel du patrimoine riche et diversifié du pays. Le musée existe depuis longtemps et sa collection compte à ce jour 30 000 expositions anthropologiques, 18 000 expositions de sciences naturelles, 25 000 expositions archéologiques, environ 7 000 œuvres d'art représentant l'époque actuelle et 20 000 reliques militaires.

Le Musée national est situé dans la capitale de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée à Port Moresby. Le musée est un complexe entier composé de plusieurs salles situées dans différents quartiers de la ville. Le bâtiment principal du musée national est situé dans la région de Waigani. Cette salle présente aux visiteurs de nombreuses expositions réparties dans cinq galeries, à savoir: la galerie Independence, la galerie des chefs-d'œuvre, La vie et la terre, la galerie de Sir A. Mann, la galerie de Sir M. Somare. L'exposition des galeries correspond au nom de chacune d'entre elles, examinons plus en détail ce que l'on peut voir dans les galeries du Musée national.

L'Independence Gallery contient des objets ménagers guinéens traditionnels: articles de pêche, canoës, plats en terre cuite et autres articles de cuisine, vêtements de tous les jours et de cérémonie, sacs à cordes, appelés «billums» en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ainsi que des instruments de musique nationaux.

La Galerie des chefs-d'œuvre présente une variété d'objets ayant une signification esthétique ou religieuse: bijoux, objets de pouvoir, transmis d'une règle à une autre, masques, etc. Life and Earth est une galerie reflétant l'histoire la plus ancienne de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée. Il décrit la vie et la vie des premières colonies du pays, qui, selon les historiens et les archéologues, sont apparues ici il y a environ 50 mille ans.

La galerie Sir Alan Mann est un lieu dédié aux expositions temporaires régulièrement exposées au Musée national. La galerie de Sir Michael Somare présente les nouveaux arrivants. Cette galerie est apparue relativement récemment, en 1986, et tire son nom du premier Premier ministre du pays. Les premières expositions sont des cadeaux reçus par Somare de la part de représentants de divers pays du monde durant son règne.

La cour centrale du musée, qui abrite un petit parc pittoresque, est également intéressante. Dans le parc, vous pouvez voir de nombreux oiseaux et animaux vivants, un petit théâtre, un amphithéâtre.

Le parc botanique national - l'une des principales attractions de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée - est également situé à Port Moresby. Voici des plantes de différentes régions de Papouasie et de Nouvelle Guinée. Cela a été rendu possible grâce aux conditions naturelles de Port Moresby, où, malgré le climat sec, vous pouvez faire pousser des plantes dans toutes les régions du pays.L'un des coins du parc botanique national est constitué d'une carte du pays et les plantes qui la composent sont situées de manière à refléter la flore de la région correspondante de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le parc possède une collection unique et la plus vaste d'orchidées poussant dans des conditions naturelles dans l'hémisphère sud. Ici, il y a environ trois mille espèces. Votre parcours à travers le parc sera totalement inoffensif pour les plantes, car pour s'y déplacer, des trottoirs de bois et des sentiers suspendus sont aménagés juste sous la canopée des arbres, la longueur totale de ces routes étant d'environ deux kilomètres.

De plus, le parc botanique national est un véritable paradis pour les oiseaux. On y trouve des oiseaux de paradis, qui ne vivent qu'en Papouasie et Nouvelle-Guinée, en Australie et dans les îles adjacentes. Ne manquez pas l'occasion d'écouter le chant de ces oiseaux étonnants. Toujours dans le parc, des animaux vivants traditionnels de la Papouasie-Nouvelle-Guinée: couscous, kangourous nains et bien d’autres.

Le parc national de Varirat est le premier parc national du pays. Il est situé à environ 42 km de la capitale du pays, Port Moresby. Le parc national de Varirat a été fondé en 1963 et couvre une superficie de plus de mille hectares. Initialement, le territoire actuellement occupé par le parc était un terrain de chasse pour les chefs de tribus. En souvenir de cette époque, la «cabane dans les arbres» est restée dans le parc national - un objet de culte de la tribu Koiaris. Le parc national de Varirat est aujourd'hui une installation protégée.

Le climat de la région où se situe le parc est tropical, c'est-à-dire que deux saisons sont clairement distinguées: humide et sec, ce qui contribue à la croissance des plantes locales traditionnelles, qui sont nombreuses. Le parc national de Varirat est un endroit extrêmement pittoresque. Outre le fait que le parc lui-même présente une savane boisée, des forêts tropicales, une végétation herbeuse variée et des galeries forestières, le parc est entouré de paysages extraordinaires: le plateau de Sogeri et la chaîne de montagnes Astrolab. De plus, le parc Varirat offre une belle vue panoramique sur Port Moresby. Se perdre dans le parc est très difficile, malgré sa grande superficie, car tous les chemins sont balisés.

Si nous parlons plus en détail de la végétation dans le parc national de Varirat, alors dominent les fougères, les roseaux, le bambou, les orchidées, les eucalyptus traditionnels de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée. En toute liberté, de nombreuses espèces d'oiseaux vivent dans le parc, notamment le cacatoès blanc et d'autres perroquets, des cabanes, des oiseaux de paradis. Dans les forêts tropicales et les savanes du parc, vous pouvez trouver une variété de représentants de la faune: python vert, python améthyste, cerf, couscous, kangourou wallaby, bandicoot, de nombreux papillons colorés et autres.

Jardins d'Eden

Il y a quelques années (en 2006), une expédition de scientifiques de plusieurs pays (Australie, États-Unis et Indonésie) a découvert un phénomène vraiment étonnant pour le moment: une forêt tropicale isolée sans aucun signe de civilisation, dans laquelle il n'y avait même pas un petit sentier. L'expédition était dirigée par le scientifique Bruce Beeler. Un tel «miracle» a été découvert sur l'île de Nouvelle-Guinée, dans sa partie ouest, à une altitude d'environ deux mille mètres dans les montagnes de Foya. Cette incroyable forêt tropicale couvre une superficie de 809 000 hectares. Même pour les résidents locaux (et les anciens de deux tribus papoues accompagnant l'expédition scientifique), la forêt tropicale isolée est devenue une découverte. C'est vraiment un paradis, pour lequel il a reçu son nom - Gardens of Eden.

L'écosystème de jardin, qui a été formé et a existé sans aucune interférence extérieure, est étonnamment beau et parfois inhabituel. La faune est mieux représentée ici, pour laquelle il n'y a pas d'obstacle ni de restriction. Il est peu probable qu'il existe un autre endroit où vous pourrez voir autant de beauté extraordinaire d'animaux exotiques, d'oiseaux et de plantes. En plus des représentants de la flore et de la faune traditionnelles de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, lors de l'expédition aux Jardins d'Eden, environ 20 nouvelles espèces de grenouilles, 4 espèces de papillons, de nombreuses fleurs, y compris le plus grand rhododendron du monde, des espèces d'oiseaux inconnues jusqu'à présent, en particulier la famille du miel, ont été découverts. Également dans cette incroyable forêt tropicale vit un kangourou au bois doré, qui était auparavant considéré comme éteint. Il est frappant de constater que la plupart des oiseaux et des animaux n’ont pas peur des humains et restent même parfois assis sur leurs mains.

Cook Settlement

Sur le territoire de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée, outre de nombreux sites naturels et historiques, il existe également un intéressant monument archéologique: l'ancien village agricole de Cook, également connu sous le nom de Marais de Cook. Ce village est situé dans la région de la Papouasie-Nouvelle-Guinée - Hautes Terres occidentales, dans la vallée de Wahgi, à une altitude supérieure à 1 500 m. Un site archéologique intéressant couvre une superficie d'environ 116 hectares. Des fouilles et des recherches d'archéologues et d'historiens sur le territoire de l'ancienne colonie ont été menées depuis les années 1960 et le début des recherches a été établi par l'archéologue australien Jack Golson. Au cours de presque un demi-siècle de fouilles, de nombreuses choses intéressantes ont été découvertes et des faits très curieux ont été établis. De plus, un peu plus à ce sujet.

La colonie agricole de Cook reflète l'évolution de l'agriculture dans des conditions isolées pendant 7 à 10 000 ans. Cette colonie était la principale preuve d'une si longue histoire de l'activité agricole en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des traces ont été découvertes dans cette zone, reflétant le passage de la cueillette à l’agriculture, puis directement à l’agriculture. Vers l'an 2000 avant notre ère, les habitants de la colonie ont créé un système de drainage bien développé pour cette époque. Tous les canaux qui la constituaient étaient réunis en un seul réseau. Si nous parlons davantage de l’agriculture, il convient de noter que dans cette colonie, on cultivait principalement des noix et des arbres fruitiers, de la canne à sucre, du taro, de l’igname, des légumes verts, des bananes, des légumes à feuilles et des pâturages. Cook Marshes est la preuve la plus riche d’activités agricoles réussies en Nouvelle-Calédonie.

Désormais, sur le territoire de l'ancienne colonie agricole de Cook, vit la tribu papoue Cavelka, qui se consacre à la culture du café, des patates douces et des bananes. Ainsi, la tribu conserve soigneusement l'héritage de leurs ancêtres. En 2008, l'UNESCO a inscrit le village de Cook au patrimoine mondial.

Mont wilhelm

Le mont Wilhelm est l’une des principales attractions naturelles de la Papouasie et de la Nouvelle-Guinée. Sa hauteur est de 4509 mètres, c'est la plus haute montagne du pays. Le mont Wilhelm est situé près de l'équateur, mais son sommet est recouvert de neige. Wilhelm Peak fait partie de la chaîne de Bismarck, sa particularité réside dans le fait qu’il existe un point de croisement des trois provinces de la Papouasie-Nouvelle-Guinée: Madang, Chimbu et les hauts plateaux occidentaux.

Parmi les Papous, dans leur langue, la montagne est plus connue sous le nom d'Anduva Kombuglu. La montagne reçut son nom de Wilhelm en 1888. Ensuite, un correspondant allemand a gravi le mont Finisterre et a donné à la chaîne de montagne un nom en l'honneur du chancelier allemand Bismarck. Les quatre plus hautes montagnes de la crête portent le nom du chancelier lui-même et de ses trois enfants: Ottoberg, Mariaberg, Wilhelmberg et Herbertberg («berg» en allemand signifie «montagne»). Cependant, le correspondant s’est trompé sur le plus haut sommet, il a considéré Ottoberg comme tel, mais en 1938, on s’aperçut que sa hauteur était de 3 540 mètres, c’est-à-dire presque mille mètres de moins que le pic Wilhelm.

Le mont Wilhelm est témoin de nombreux événements historiques, en particulier de la seconde guerre mondiale. On sait par exemple que le 22 mai 1944, un avion américain chargé de photographier le p. Padaydori en Nouvelle-Guinée s'est écrasé dans une montagne. La plupart des fragments sont tombés dans le lac, situé presque au pied de la montagne Wilhelm, mais certaines parties de cet avion sont encore visibles de nos jours, par exemple, l'aile.

Le mont William ne s’est jamais soumis à beaucoup, de plus, le pic a coûté plus d’une vie humaine. En commémoration d'un sergent de l'armée australienne tombé d'une pente raide en 1971, une plaque commémorative a été installée à l'endroit où il a été vu pour la dernière fois. En 1995, un touriste israélien s’est foulé la jambe et a pris du retard par rapport à son groupe. Il s’est perdu, puis est tombé dans l’obscurité et est tombé dans la gorge. En 2005, un membre de l'Office du tourisme est décédé d'une crise cardiaque en escaladant le mont Wilhelm.

Malgré tout, le mont William est le plus accessible pour l'escalade en Papouasie et en Nouvelle-Guinée. Il y a deux itinéraires pour monter au sommet. Premier itinéraire, plus facile et plus court partant du village de Keglsugl dans le comté de Chimbu, il traverse des forêts tropicales, longe les pittoresques prés alpins et les vallées glaciaires. Son ascension prend un peu plus de trois heures. Le deuxième itinéraire est plus compliqué et plus long: environ quatre jours, il prend sa source dans le village d’Ambulois, dans les Hautes Terres occidentales.

District central

Le district central couvre une bande étroite le long de la côte sud de la baie de Papouasie jusqu'à la pointe est de la Nouvelle-Guinée, ainsi que sur les pentes sud de la chaîne de montagnes centrale. Le nord-est de Port Moresby regorge de cascades spectaculaires de Rowan. Le parc national de Varirat, la première réserve naturelle du pays, se trouve à proximité. Occupant une superficie d'environ 1000 hectares, le parc était à l'origine un terrain de chasse pour les chefs des tribus côtières Koiari. Désormais, vous pouvez voir presque tous les représentants de la flore et de la faune de la région, y compris les oiseaux de paradis, les wallaby et les cerfs. Une douzaine de sentiers de randonnée ont été aménagés le long de la réserve, au bout desquels s'ouvre un magnifique panorama sur Port Moresby et la côte verdoyante. Au nord de Port Moresby, la rivière Brown coule, un endroit agréable pour la baignade, le rafting et les pique-niques.

A proximité commence le célèbre Sentier Cocodaqui relie les côtes nord et sud de l'île. Ce sentier, généralement essentiellement montagnard, traverse les endroits extrêmement pittoresques de la crête Owen Stanley et constitue en même temps l'excursion historique la plus populaire du pays. C'est le long de ce sentier que les batailles les plus féroces ont éclaté entre les forces japonaises et alliées au cours de la Seconde Guerre mondiale. Le sentier traverse des zones montagneuses difficiles et magnifiques, sous la cime d'une forêt tropicale dense, passe devant de nombreuses rivières et cascades bien entretenues, visite de champs de bataille - bunkers, caponiers, positions d'artillerie et lignes de défense des deux parties en guerre.

À seulement 46 kilomètres de Port Moresby, le pittoresque Sohery Plateau est le point de départ du sentier Coco. Ici, à environ 800 mètres d'altitude, l'air est frais et frais, et les nombreuses plantations d'hévéas et villages ethniques ne font qu'ajouter au charme. Ici, à Six Miles, près de l'aéroport, se trouve le Village Arts - un magasin appartenant à l'État qui propose la meilleure collection d'artisanat du pays. Et tout près se trouve le cimetière militaire historique de Boman avec un magnifique parc et la ferme de Moitaka, qui étudie et élève des crocodiles, ainsi que d’autres habitants de la région.

À l'est de la capitale, commence la célèbre plage des Idlers, et dans les eaux de la baie se trouvent le récif Sinasi et l'île de Daugo, célèbre pour ses magnifiques coraux et ses plages de sable blanc. À l’est, à seulement quinze minutes en voiture de Port Moresby, se trouve l’une des meilleures stations balnéaires de l’île - Loloata Island Resort (www.loloata.com). Entouré par l'un des plus grands récifs coralliens de la planète, il offre d'excellentes conditions pour la plongée avec tuba, la plongée sous-marine, la pêche et d'autres activités nautiques (le parc marin Oceanarium est à proximité).

District du Nord ou Oro

Peu de gens à la mention de la Nouvelle-Guinée s'attendent à entendre parler des fjords. Cependant, la côte du district nord autour de la ville Tufi en effet, elle ressemble beaucoup aux falaises de Norvège ou d’Islande, à la seule différence que l’eau y est toujours chaude et que ces belles falaises sont formées non pas par l’influence du glacier, mais par les forces tectoniques de la Terre. Le cap Nelson, dominant dans la mer des Salomon, a été formé par l'éruption de trois volcans, dont la lave à durcissement rapide s'est échappée, créant de nombreuses langues et gorges rocheuses, si semblables aux fjords classiques. Les eaux claires des fjords locaux, qui s'étendent jusqu'à 90 mètres de profondeur, regorgent d'un très grand nombre de représentants de l'ichthyofaune tropicale, et les roches elles-mêmes s'élèvent au-dessus de l'eau à une hauteur de plus de 150 mètres. Les larges bouches des baies sont protégées par des récifs et les berges sont souvent couvertes de mangroves, surplombant les pentes verticales des gorges couvertes de mousses et d'orchidées d'où tombent des cascades de cascades. Il n’est pas surprenant que dans un endroit aussi magnifique, l’infrastructure touristique soit intensément créée, dont le pivot est la ville de Tufi, à partir de laquelle des excursions de plongée sont régulièrement organisées et de nombreuses excursions liées à l’observation des oiseaux, à la pêche en haute mer, au windsurf, au canoë-kayak ou simplement à ne rien faire sur le sable blanc les rives encadrant le cap Nelson à la fois du nord et du sud.

Chaque année en octobre, la région accueille le festival Tapa (tissu à base de fibres végétales) et le jour suivant, le jour des martyrs et le jour de l'église de Korat. Dans le village de Kokoda, se termine la branche nord du sentier Kokoda-Trail, dispersant le long de la côte jusqu'à Buna et Gona avec de nombreuses routes touristiques locales. La Seconde Guerre mondiale a également donné lieu à de violents combats. Les quartiers regorgent de traces de ces combats. Une plaque commémorative japonaise a été placée sur la plantation de Chirop, sur Buna Road, à la mémoire des 15 000 soldats de l'armée impériale qui y sont morts. Des milliers d'oiseaux nichent sur les pentes du mont Lamington.

Sud des hautes terres

Les hautes terres du sud ne se trouvent pas du tout au sud, mais au centre même du pays. Cette région est souvent appelée le "pays des miracles" car, jusqu'en 1935, ce chaos de chaînes de montagnes et de vallées couvertes de forêts à feuilles persistantes était pratiquement un grand point blanc sur toutes les cartes du monde. Les rivières Kikori, Erave et Strickland partent d’ici, la deuxième montagne la plus haute de l’île se trouve ici - Djiluve (2900 mètres), des grottes d’une grande profondeur sont découvertes et des gens étonnants vivent, dont la connaissance de la civilisation moderne se limite à des rencontres épisodiques avec les habitants des villes de montagne. C'est l'un des rares endroits sur la planète où le mode de vie traditionnel se manifeste dans presque tous les aspects de la vie locale. Les rituels des cérémonies anciennes sont omniprésents, les hommes et les femmes portent encore des vêtements traditionnels et les cabanes sont toujours construites en pierres et en branches d'arbustes. L'air pur de la montagne est idéal pour de nombreuses excursions. Sous le couvert d'une forêt tropicale dense, vous pouvez voir (et entendre) des dizaines d'espèces d'oiseaux, des rivières claires avec de nombreuses cascades.

Au sud de la capitale du comté - MehndiLe magnifique lac Koutoubu, situé à 800 mètres d'altitude, est le deuxième plus grand lac de Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'un des réservoirs les plus insolites de la région. Inclus dans la liste des monuments naturels d'importance planétaire en 1998, il est célèbre pour son ichthyofaune unique - 10 espèces de poissons sur 14 vivant ici ne se trouvent nulle part ailleurs sur Terre. En outre, ce lac calme et très beau sert de refuge à près d’une centaine d’espèces d’oiseaux et ses rives regorgent de reptiles et d’insectes. Au-dessus du bord de l’eau, les habitants ont construit une petite pension de famille et n’utilisent pour cela que des matériaux locaux et des méthodes de construction traditionnelles. Des randonnées dans les plus beaux endroits autour du lac partent régulièrement d'ici.

La vallée de Mendi est également largement connue pour ses paysages magnifiques, ses grottes calcaires et ses chasseurs uli-vig, qui peignent leur visage avec de la peinture rouge et jaune et portent des perruques sophistiquées en cheveux naturels.

East Highlands

Le pays des mines d'or et des plantations de café - Les hauts plateaux de l'Est sont plus touchés par l'influence européenne que tous les autres hauts plateaux du pays. Les Highlanders vivent toujours dans de jolis villages, qui sont des groupes de huttes rondes entourées de murets et de prairies de Kunai. Les cérémonies et les vêtements traditionnels y sont progressivement remplacés par des jeans et des cow-boys, et l'anglais est beaucoup plus utilisé que dans les autres régions du pays.

La plus grande colonie de la région est Goroka (population d'environ 25 000 personnes) est son centre agricole et commercial.

Le village Bena Bena, située à 10 km de Gorok, est la plus grande communauté dans les montagnes, spécialisée dans le tissage à la main - carpettes, couvre-lits et nattes fabriqués par des artisans locaux sont très populaires dans tout le pays. Aussi à proximité est un village Asaro, peuplée de représentants de l'ethnie du même nom, largement connue pour ses rituels, ainsi que par une tradition inhabituelle de recouvrir ses corps de boue grise (la légende dit que de cette manière, les guerriers asaro faisaient peur à leurs ennemis qui les prenaient pour des fantômes - les illustrations théâtrales de cette légende sont l'élément central du festival de Gorok )

Depuis la poste de Goroka, le sentier mène au mont Kiss, qui offre une vue magnifique sur la vallée. Au sud de Gorok, vous pouvez escalader le mont Michael et visiter la grotte aux pétroglyphes préhistoriques. Le parc provincial du mont Gahavisuk, qui s'étend sur 80 hectares, est situé à 11 km de la ville et transformé en un petit parc botanique avec des plantes de tout le pays. Et autour, il y a d'innombrables plantations de café à travers lesquelles vous pouvez aller à la ferme à truites de Kotuni ou au grand centre culturel de Kainant (cependant, il est préférable de passer par le col de Kassim ou de Lae), où ils vendent non seulement de l'artisanat local traditionnel, mais également transformation du bois ou technologie de tissage.

Comté de Chimbu

Le comté de Chimbu est la région la plus petite et la plus densément peuplée du pays. Les pentes des montagnes se dressent littéralement sur leurs pattes postérieures - tout le district est occupé par des chaînes de montagnes escarpées, découpées par des vallées profondes et souvent inaccessibles. Voici le point culminant du pays et l'endroit le plus prisé des alpinistes de toute la région: le mont Wilhelm (4509 mètres). Le principal moyen de se détendre ici est actif. Des sentiers de randonnée de toutes les catégories de difficultés sillonnent tout le district, en passant par les villages traditionnels de la tribu des Chimbu (Shimbu), en passant par la forêt pluviale dense, les rivières les plus propres et leurs fermes à truites, le long des rives des magnifiques lacs Pindownde, où se trouve un petit lodge. Le paysage ici est à couper le souffle - par temps clair, depuis la montagne, vous pouvez voir presque toute l’île, de la côte nord au sud, et le climat est frais (la neige est même courante sur les sommets).

Capitale du comté Kundiava s'étend dans un cadre pittoresque près de l'ancien aérodrome, directement sur le flanc de la montagne (même la piste est inclinée par rapport à l'horizon). La ville ne peut se vanter d'attractions, mais c'est un bon point de départ pour des excursions en montagne et en rivière dans la région. À quelques kilomètres de Kundiava, presque sur la route principale, se trouvent des grottes de Keu où des visites spéléologiques sont souvent organisées (il existe de nombreuses autres grottes dans les environs, mais la plupart d'entre elles sont des lieux de sépulture de soldats tués au cours de combats et sont donc fermées aux visiteurs), et Les rivières locales Vagi et Purari, selon de nombreux experts, sont parmi les meilleures au monde pour l'organisation de rafting et de kayak.

Hautes terres occidentales

Le district des Western Highlands se situe entre les districts de Chimbu, Eng et les Southern Highlands. Les terres montagneuses de la région sont couvertes de denses forêts de basses terres équatoriales et de prairies alpines verdoyantes sur les pentes des montagnes, se transformant en sommets montagneux à jamais recouverts de brouillard.

Le mont Hagen, la capitale de la région, est un centre commercial coloré et animé où les revenus rapides tirés des plantations de café et de thé ont rapidement remplacé le mode de vie traditionnel, transformant la ville en une sorte de «villes frontières» issue de films sur le Far West.

À 55 km au nord du mont Hagen, la réserve de la rivière Bayer est l’un des meilleurs endroits du pays pour observer les célèbres oiseaux de paradis, les opossums, les kangourous des arbres, les perroquets et le casoar dans leur habitat naturel. Des sentiers de randonnée menant aux vallées des rivières Vagi et Ter ou des itinéraires de randonnée jusqu'aux pentes sud-ouest du mont Wilhelm commencent à partir d'ici.

District de l'ouest

Le district occidental, la principale région agricole du pays, se trouve sur la côte sud de la Nouvelle-Guinée, entre la frontière avec l'Irian Jaya et la côte ouest du golfe de Papouasie. Les champs vastes et les vallées marécageuses de la région regorgent de vie - il y a des cerfs "Rusa", des kangourous wallaby, des cochons sauvages, des crocodiles et des lézards. Et tout cela se situe littéralement à deux pas des troupeaux domestiques et de la sauvagine - les habitants de la région parviennent à trouver un équilibre délicat entre la satisfaction de leurs propres besoins alimentaires et la protection des habitants d'origine de cette terre.

La ville principale du district est Cadeau situé sur une petite île du même nom près de la côte sud-est du pays, dans le détroit de Torres. Autrefois petit centre de capture de perles et de trépang, il est aujourd'hui devenu un port de commerce et de pêche en pleine croissance, qui rappelle un peu les villes toujours bruyantes du littoral arabe. Son principal produit d'exportation étant le cuir de crocodile et ses produits, le marché local est constamment inondé d'amoureux des accessoires de mode et de touristes australiens (à seulement 180 km de Cape York, une banalité dans la région).

Le Bensbach Wildlife Lodge est la principale attraction touristique du district occidental. Il est situé sur la rivière du même nom, dont l'embouchure constitue la frontière entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l'Irian Jaya. La vaste plaine de la rivière Bensbach pendant la saison est presque entièrement inondée, ce qui offre des conditions de vie uniques à une myriade d'oiseaux et de poissons (le lodge est considéré comme l'un des meilleurs endroits pour la pêche au pays) et, pendant la saison sèche, des troupeaux d'ongulés parcourent cet analogue de la vallée du Nil.

Dans la partie supérieure de la rivière Fly, qui traverse le district, se trouve l'une des plus grandes mines au monde d'extraction d'or et de cuivre - Ok-Tedi. Ouvert en 1980, il produit quotidiennement environ 80 000 tonnes de minerai. Il est facile de deviner que la Fly River est une mine d’or. L’exploitation aurifère amateur sur ses rives est depuis longtemps devenue une sorte d’attraction touristique (le contenu en métaux précieux des gisements locaux est limité, mais le processus en lui-même est divertissant. )

Le lac Murray (Murray), situé au centre même du district, est le plus grand lac de plaine inondable du territoire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Au cours de la saison des pluies, sa superficie est multipliée par cinq, inondant plus de 400 mètres carrés. km de prairies et de vallées. À présent, une station d’étude des crocodiles est ouverte sur le lac et offre aux touristes et à d’autres services environnementaux.

Comté de Sepik

La rivière Sepik, dont la vallée forme le district homonyme du nord-ouest du pays, est l'un des plus importants réseaux hydrographiques de la région (la longueur de la rivière est d'environ 1126 km). Cette vaste région située au nord de la crête de Bismarck est presque entièrement occupée par un vaste bassin fluvial, des bas-fonds marécageux et des forêts tropicales se transformant en pentes montagneuses, dont les sommets sont souvent couronnés de calottes neigeuses (à l'équateur, alors!). Ce coin isolé de la planète avec ses rivières à la couleur marron huileux, ses dizaines de tribus, dont beaucoup dépassent à peine l'âge de pierre, avec leurs mythes, leur magie et leurs rituels, est un lieu idéal pour les amateurs de tourisme extrême. Sur les rives des rivières, des villages colorés s'étendent avec leurs maisons sur pilotis, de longs canoës au nez en forme de crocodile, des lacs exotiques envahis par les fleurs, et les levés de soleil brumeux et les magnifiques couchers de soleil n'ont pas d'analogues sur la planète.

Les bonnes plages pour les loisirs et la plongée sont situées dans la région de Cape Moi. Dans la région de Mapik, vous pourrez vous familiariser avec la culture étonnante des tribus Abalem, autour de Madang - la capitale de la région du même nom - avec l'art des potiers locaux, dans le village de Timbunke - avec des méthodes de construction locales. Près de la capitale du Sepik oriental - la ville Wewak - vous pouvez visiter le cap Wom (Wom) - le lieu de la capitulation de la dernière garnison japonaise sur l'île (ici, le 13 septembre 1945, le général de division Adachi a signé l'acte de reddition et a remis son épée au général Robertson) avec son monument aux morts et son ancien aérodrome autour desquels s'éparpillent en abondance preuve muette de cette guerre (à Wewak, il y a aussi un cimetière militaire japonais et Peace Park).

Les lacs Chambri - une vaste zone d’eaux peu profondes située à East Sepik - sont largement connus pour leur communauté d’oiseaux vibrante, leurs crocodiles et leurs nombreux villages dans lesquels travaillent des maîtres reconnus des arts et de l’artisanat. Le village d'Aib est célèbre pour ses potiers utilisant des technologies anciennes non seulement pour la fabrication d'ustensiles de cuisine ordinaires, mais également pour la fabrication de cheminées et de tuiles. Le village de Kanganaman est célèbre pour sa "maison des esprits" récemment restaurée (le tambourin de la maison locale est considéré comme un monument d'importance nationale), et Korogo est connue pour ses masques "mei" (les tribus locales depuis l'Antiquité utilisent des symboles totémiques du monde des insectes). Vaskuska abrite également une belle "maison des esprits" , à Yighei, ils fabriquent les ha-tams traditionnels «haramut» (lorsqu’ils font du rafting le long de la rivière, on entend leur son partout), et dans le village de Svagap (Suagap), ils façonnent une poterie simple et élégante dans un style folklorique.

Superbes rivages à l'ouest de Vanimo (Western Sepik, à 30 km de la frontière indonésienne) forment une petite péninsule littéralement adossée à des falaises de calcaire sur lesquelles la barge japonaise débarque (les eaux locales sont excellentes pour la plongée). De septembre à janvier, un littoral de 260 kilomètres près de Wutung attire des centaines de surfeurs. Les forts vents du nord-ouest de décembre à mars créent d'excellentes conditions pour la planche à voile. A une courte distance de la ville d'Aitape (fondée par les Allemands en 1905) se trouvent plusieurs petites îles. Des batailles sanglantes se déroulaient également dans cette zone. Ainsi, dans les eaux entourant les îles et le vieil aérodrome de Taji, vous pouvez trouver plusieurs douzaines d’avions et de navires militaires (il existe un monument aux morts près de Taji).

Comté de Morobe

Le comté de Morobé est situé dans l'extrême nord-est de l'île de Nouvelle-Guinée, sur la péninsule de Huon, autour de la baie du même nom. Dans ces endroits, les montagnes de Saruvaged, l'éperon nord de la crête Owen Stanley, recouvert d'une forêt dense, vont directement à la côte, formant une chaîne de petites îles volcaniques dans la mer, et la partie sud-ouest de l'okrug se trouve dans la fertile vallée de Markham, coincée entre de hautes crêtes. Le riche monde naturel de la région a également provoqué un relief aussi varié: les régions intérieures et la côte de Morobe regorgent de représentants uniques de la faune et de la flore et sont découpées en de nombreux sentiers de randonnée, particulièrement fréquents dans la région de Wau Bulolo.

La deuxième ville de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Lae, jusque dans les années 1920, était une toute petite station missionnaire qui commençait à se développer rapidement après la découverte de filons aurifères dans la région de Wau. Au cours des vingt années suivantes, il devint le principal port et centre industriel du nord-est du pays.

Près de Lae se trouve la ville Wow, autrefois un important centre d’extraction de l’or, héberge actuellement l’Institut d’écologie de Wau sur son territoire avec un petit musée et un zoo. Près de la ville se trouvent le parc national Mac Adam et le mont Kaindy, la jolie ville côtière de Finshafen (fondée par les colons allemands en 1885, qui est aujourd'hui le centre de la communauté luthérienne de l'île), la rivière Watut (Watut) avec ses magnifiques radeaux, ainsi que l'île de Tami, dont la population est largement connue pour ses boules de bois sculptées, considérées comme de véritables œuvres d'art.

Au sud de Lae se trouvent: le littoral attrayant de Sialum avec ses terrasses de corail, l'excellente plage de Salamaua offrant de bonnes conditions pour la baignade, la plongée, la planche à voile et la randonnée dans les batailles de la Seconde Guerre mondiale, le pittoresque lac Labu dans la vallée de Markam (la population de crocodiles du lac est intéressante ici), de magnifiques îles les récifs coralliens, ainsi que les longues côtes océaniques de Mouse Buang et de Labu Tali, sont des sites de nidification pour les tortues luth, dont certaines pèsent jusqu'à 500 kg et mesurent jusqu'à deux mètres de long.

Comté de Milne Bai

Tout à l'est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ainsi que des groupes d'îles de Trobrian, Murua (Woodlark), Lahlan, D'Antrkasto, Louisiane, Conflict et Samarai, fait partie du comté de Milne Bai. Ancienne base navale de la Seconde Guerre mondiale, le district est littéralement saturé de diverses traces de ces événements. Il comprend également 160 petites îles et 500 récifs répartis sur une superficie de plus de 250 000 km 2, ce qui en fait un véritable paradis pour les plongeurs et les amateurs de sports nautiques.

La capitale du district est la ville Alotauspectaculairement situé sur le bord du golfe de Milne, est un excellent endroit pour commencer à explorer cette région inhabituelle. De nombreux navires partent d'ici vers l'île Ferguson avec ses sources volcaniques chaudes, ses fumerolles de boue, ses geysers et ses volcans, vers l'île pittoresque de Misima avec ses récifs et ses mines d'or, son île Murua (Woodlark) et ses sculpteurs sur bois, vers les îles Trobri système (les chefs locaux ont beaucoup de pouvoir et d’influence, mais l’héritage se fait le long de la lignée féminine) et le festival coloré de la récolte de Milamala, sur l’île de Kirivin avec ses grottes d’eau douce (un phénomène étonnant pour le ciel les plus grandes îles de la région) et des grottes rituelles près du village de Matava, sur l'île de Gudenau, au centre de laquelle se trouve une grosse pierre aux lettres mystérieuses, ainsi que de nombreux petits récifs, les eaux autour desquelles se trouvent les ruines de centaines de navires coulés et des avions de combat de la Seconde Guerre mondiale.

Nouvelle bretagne

L'île de Nouvelle-Bretagne (d'une superficie de 37 800 km 2), située à 30 km au nord-est de la côte de la Nouvelle-Guinée, forme deux régions administratives: occidentale et orientale. C'est la plus grande île de l'archipel Bismarck. Elle s'étend d'est en ouest sur près de 475 km et du nord au sud entre 35 et 85 km. Ses côtes septentrionales sont baignées par les eaux de la mer de Bismarck et ses côtes méridionales par la mer des Salomon. Malgré son âge (environ 10 millions d’années), l’île est montagneuse et active - sur toute sa longueur se trouve une chaîne de montagnes basse, regorgeant de pics volcaniques, de fumerolles et de vallées verdoyantes. Il y a en particulier de nombreux volcans dans la partie nord de l'île - ici, dans une séquence presque continue, les hauts sommets des volcans actifs Langila (cap Gloucester, 1330 mètres), Bamus (2248 mètres), Ulawun (le plus haut volcan de l'archipel de Bismarck, 2334 mètres), dont beaucoup s'étendent calderas. Les pentes sud des montagnes sont composées de calcaire et regorgent donc de grottes, de grottes et de falaises pittoresques.

La ville de Rabaul est la capitale officielle de l'île et l'un de ses monuments les plus tragiques. La ville la plus riche et la plus belle du pays, qui a été le théâtre de violents combats pendant la Seconde Guerre mondiale, a été presque complètement détruite par l’éruption du volcan Tavurvur et ses habitants ont été évacués vers d’autres parties de l’île. De son apparence initiale, il n'y avait que des blocs remplis de cendre volcanique noire autour du port de Simpson Bay, quelques bâtiments portuaires (le port fonctionne toujours!) Et de nombreuses structures souterraines d'un énorme système de tunnels (d'une longueur totale de près de 576 km) creusés par les Japonais pendant la guerre.

Déplacement de l’aéroport, qui est maintenant situé dans Toqua (environ 50 km de Rabaul), vous pourrez visiter la pittoresque péninsule de Gazelle, qui borde la magnifique baie depuis la mer avec le cône de Tavurvura qui s’élevait au-dessus de celle-ci, traversez des cocoteraies et des forêts luxuriantes de contreforts et entrez dans la zone de paysage lunaire au pied du volcan. Après avoir traversé les rues noires de la ville, qui ressemblent pour la plupart au paysage d’un film apocalyptique, vous pouvez traverser l’avenue de la Mango, relativement épargnée, jusqu’à une véritable oasis grâce au miracle des hôtels de tourisme survivants (et soigneusement restaurés). Avec un peu de courage, vous pourrez plonger dans le port de Rabaul, qui abrite dans ses profondeurs des dizaines et des centaines d'avions de combat et de navires de la Seconde Guerre mondiale. Puis direction est vers la ville Kokopo avec son musée d'histoire militaire et les ruines du manoir Gunantambu, construit dans les années 1880 par la légendaire "reine Emma".

L'île se trouve à 45 minutes en bateau de Kokopo Duc d'Yorkrenommé pour ses excellentes conditions de plongée et de plongée en apnée, et les lagons environnants offrent tout ce dont vous avez besoin pour le canoë-kayak, la planche à voile, le ski nautique et la voile. Ou vous pouvez vous diriger vers le nord pour CabacadeLe très populaire Kulau Lodge Resort est situé sur la plage dans un style traditionnel local.

La partie occidentale de la Nouvelle-Bretagne n'est pratiquement pas affectée par le tourisme. La seule exception est la zone de plantation de Valindi, où l’une des meilleures stations de plongée du Pacifique est située. Le complexe est situé sur le territoire d'une palmeraie privée qui s'étend le long du golfe de Kimbe et est entouré d'un mur de pics volcaniques. Les grottes volcaniques, les épais fourrés de coraux et les eaux bleues claires de la baie abritent un grand nombre d'animaux marins. Ici se trouve le site le plus populaire de la plongée en mer, connu sous le nom de "Cathédrale" - un vaste fer à cheval d'un récif de corail avec une grande grotte à une extrémité. La face interne est formée par une longue bande de sable blanc et la face externe par les plus riches "jardins" de coraux.

La grotte de Muruk, dans la région de Nakanai, constituerait le système souterrain le plus profond de l'hémisphère sud (des spéléologues français ont récemment franchi une partie des tunnels jusqu'à une profondeur de 1 200 mètres sous le niveau de l'entrée, mais ils n'ont pas encore atteint le bout des tunnels). La petite ville de Talasea est située sur les rives de la péninsule de Williams, à proximité de laquelle la baie est largement connue pour son "collier" de petites îles, les ruines de bombardiers américains de la Seconde Guerre mondiale et son volcanisme actif.

Talasea est un centre de production d’argent «local» traditionnel à partir de coquilles de kauri. De l’obsidienne (verre volcanique) extraite dans ces régions a été découverte lors de fouilles dans de nombreuses régions d’Océanie, dont beaucoup remontent au troisième millénaire av. Et sur l'île de Pangula, la vallée de Wabua (vallée d'eau chaude) avec des dizaines de geysers et de fumerolles mérite l'attention.

Pin
Send
Share
Send